• Image 1
    Image 2
    Image 3
    Image 4
    Image 5
    Image 6

Dernières actualités

Sciage à façon mobile, les conseils d'un professionnel écossais sur la gestion de l'activité

Wednesday, May 27, 2020

Sciage à façon mobile, les conseils d'un professionnel écossais sur la gestion de l'activité

Keith Threadgall est scieur mobile professionnel en Écosse. Il a commencé à travailler avec une scierie Wood-Mizer en 1999, d'abord en tant qu'employé, puis, quelque temps après, en tant que scieur mobile indépendant.

Monsieur Threadgall possède aujourd'hui sa propre entreprise de sciage qui est basée en Écosse du Sud ; il se déplace un peu partout en Écosse pour son activité. « Cela fait à peu près 20 ans que je scie maintenant », raconte-t-il. Il est reconnu dans la région pour la grande qualité de son travail. Sa connaissance des machines Wood-Mizer et ses nombreuses années d'expérience en tant que scieur l'ont d'ailleurs amené à devenir revendeur pour Wood-Mizer en 2011.



Conseil n° 1 – Cernez votre marché et vos clients
Pour son activité de scieur mobile, Keith est amené à fréquenter un grand nombre de fermiers, de maîtres d'ouvrage et toutes sortes de gens qui ont besoin de faire scier des billes. Les fermiers et les maîtres d'ouvrage ont généralement des besoins de débits de résineux pour faire des abris de jardin, des clôtures, du bardage et d'autres projets du même genre. Il constate aussi que nombre de ses clients sont charpentiers et ont besoin de débits spécifiques souvent à partir de leurs propres billes de chêne.



Conseil n° 2 – Préparez vos déplacements avec minutie, groupez vos clients d'une même région
Une grande partie de l'arrière-pays écossais est d'un accès assez difficile. Il arrive parfois à Keith de partir de chez lui pendant plusieurs jours étant donné qu'il lui faut jusqu'à cinq heures de route pour accéder à certains chantiers dans le nord de l'Écosse avec des chemins parfois très étroits. « Souvent, je préfère partir la veille et me réserver une chambre d'hôte à proximité du chantier », observe-t-il. « Généralement, j'essaye de regrouper les chantiers d'une même région afin de limiter les temps de transport. Parfois, les gens sont ravis de me voir arriver l'après-midi, car cela leur laisse le début de journée pour organiser la préparation du chantier. J'avoue que cela joue en ma faveur », constate Keith.




Conseil n° 3 – Prévoyez vos consommables et pièces de rechange en bonne quantité
La plupart du temps, Keith se déplace seul, il s'assure donc d'avoir suffisamment de pièces de rechange et de lames avec lui. « Généralement, je viens seul sur les chantiers et, s'il faut plus de main-d’œuvre ou des machines spéciales, je demande au client de s'organiser de son côté. En revanche, de mon côté, je prévois en bonne quantité le carburant pour la scierie, des lames, des pièces de rechange, une tronçonneuse et des outils », explique-t-il. « Je prévois en général quatre à six lames par jour de travail, sachant que je compte une à deux heures de travail par lame. Ainsi, si je pars pour trois ou quatre jours de chantier, je prends au moins une vingtaine de lames réaffûtées et une boîte de lames neuves en cas de besoin. En ce qui concerne les pièces de rechange, je prends des courroies d'entraînement B57, des roulements de guidage, des écrous de réglage d'alignement, des filtres pour le moteur thermique. Typiquement, tout ce qui n'est pas disponible dans des coins reculés », indique Keith.



Conseil n° 4 – Donnez des dates précises à vos clients et soyez ponctuels
Il n'y a pas beaucoup de concurrence en Écosse pour les scieurs mobiles. Aussi, la disponibilité de Keith pour ses clients lui a permis de ramener pas mal de contrats : « Cela nécessite d'être dur à la tâche, très impliqué, et d'être capable de prévoir le plus de choses possible en amont. Parfois, mes concurrents disent qu'ils auront le temps dans quelques semaines, mais sans donner de dates. J'essaye toujours de donner directement une date précise pour venir voir les clients. Cela leur permet de préparer le chantier, les machines, l'espace et le stock de bois à scier », raconte Keith.



Conseil n° 5 – Ne soyez pas timide, partagez vos expériences, vendez des scieries
Keith explique que nombre de ses clients recherchent du matériel d'occasion pour faire du sciage. Certains clients cherchent même à acheter une scierie et aimeraient se lancer dans une activité de sciage en complément de leur travail. « Je garde généralement mes scieries pendant un an ou deux, puis je les revends. J'ai constaté qu'il y a un prix pivot à partir duquel les gens rachètent facilement une scierie d'occasion pour l'utiliser en machine d'appoint. »

Auteur : Mareks Lomako


Print

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

Bienvenue

Bienvenue dans l’espace presse de Wood-Mizer France.

Vous découvrirez ici comment les utilisateurs de scieries Wood-Mizer participent activement au développement de l’économie locale en transformant du bois de façon plus durable et rentable.

Nous vous invitons à nous contacter pour en savoir plus sur Wood-Mizer ou sur l’un de ces articles.

Relations presse

Cyril Garnier
Me contacter

Espace presse



SE CONNECTER